Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Journal de la librairie Omerveilles, science fiction, fantasy, fantastique

livre d'occasion et brocante

1 Mars 2006 , Rédigé par frederic Publié dans #Le livre d'occasion

Il me tient à coeur de faire partager, dans ces lignes, mon sentiment concernant les traditions de vente du livre d'occasion et le phénomène d'explosion des brocantes qui a eu lieu ces trois dernières années. En effet, il n'y a jamais eu autant de déballages chaque samedi et dimanche des beaux jours, à tel point que les habitudes d'achat s'en sont trouvées transformées. Il est devenu habituel de se promener au milieu des étalages branlants des brocanteurs à la petite semaine, comme on pouvait aller prendre l'air au parc auparavant. Bien que cela soit théoriquement interdit, ces événements accueillent des particuliers qui deviennent exposants chaque fin de semaine. Il est en effet très facile (si l'on possède un peu de place chez soi) de récupérer des objets de rebut, de les stocker et de les revendre. Certains en ont même fait une deuxième activités qui arrondit confortablement leurs fins de mois, c'est ce que nous nommons les "faux-marchands" ou "faux pro".

Le phénomène a induit plusieurs choses : une augmentation des vendeurs, une augmentation des acheteurs et une augmentation de la quantité de marchandises exhumées. A partir de là, le comportement du marché a considérablement évolué dans le temps. Les clients ont pris l'habitude de trouver de la marchandise à bas prix : en effet, un vendeur qui ne paie pas de charges professionnelles peut se permettre de vendre (en moyenne) trois fois moins cher qu'un commerçant, il y est même obligé car le nombre d'objets similaires et d'événements où l'on peut les trouver a augmenté.

D'où une spirale de dépréciation qui ne cesse de s'accélérer. Celà touche même l'internet où les sites de revente d'objets usagers comme ebay ou priceminister ont vu leur audience multipliée. Les bouquinistes de la vieille école ressentent durement cet état de fait puisqu'ils voient là une concurrence sauvage contre laquelle les armes du professionnel sont peu nombreuses.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Fred 03/03/2010 11:23


Je suis d'accord avec vous, cependant, des amateurs comme moi souhaitent passer pro un jour. Un jour vous verrez que le quidam retournera aux livres... Patience.
Cordialement


astuce 02/12/2009 13:42


Totalement d'accord avec ce billet, mais je pense aussi que les livres d'occasions à très bas prix sont aussi un excellent moyen de vendre des livres à beaucoup plus de personnes qui n'auraient pas
les moyens d'acheter des livres plus chers.