Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Journal de la librairie Omerveilles, science fiction, fantasy, fantastique

Chaine du livre

21 Février 2006 , Rédigé par frederic Publié dans #Le livre d'occasion

    A ma connaissance d'ex etudiant en métiers du livre, la profession de libraire d'occasion n'interesse que rarement les chercheurs et statisticiens evoluant dans cette branche. En effet, le recyclage des livres après leur achat par le particulier est souvent tenu pour quantité négligeable.
    Cette "deuxième vie" du livre est un morceau très réduit du secteur, peut être 2 ou 3 % suivant les chiffres que publie de temps en temps le très sérieux "Livres Hebdo". J'en suis encore à me demander, maintenant que j'évolue dans les livres d'occasion, comment il est possible de chiffrer réellement ce petit secteur. Certainement pas en se basant sur les chiffres que déclarent les bouquinistes ! La profession, presque totalement constituée d'intreprise individuelles, souffre sous le poids grandissant des charges forfaitaires ce qui entraine inévitablement la déclaration de chiffres d'affaire bidons. Cette evaluation du poids économique de l'occasion est donc sujette à caution.
    Si on brosse rapidement un panorama du secteur de l'occasion, on s'aperçoit vite qu'il y a des similitudes avec le grand frère Livre Neuf. Chaque ville possède ses librairies, de tailles  souvent petite (1, 2 libraire ou bouquinistes) mais aussi ses chaines de "grande surface" : Gibert Jeune ou Gibert Joseph surtout installées dans les villes de taille importante.  En effet, il faut un bassin de clientèle  très important pour faire vivre un libraire d'occasion car si la marge est  grande le niveau des prix est, lui,  beaucoup plus bas que dans le neuf et à chiffre d'affaire égal il faut vendre plus de livres.
    Coment se caracterisent ces librairies ? Certaines sont généralistes, et proposeront un assortiment très divers en fonction des arrivages, et d'autres seront specialisées parfois à l'extreme comme les librairies de livres anciens. Rien de bien  nouveau par rapport au livre neuf  si ce n'est  la manière de se  fournir en livres. Le libraire neuf choisira ses livres un par un, alors que celui d'occasion aura tendance à acheter des lots entiers.
    La differences entre les rayons de chaque librairie d'occasion ne tiens pas forcement aux envies du libraire. N'ayant rien à "gagner" auprès des auteurs et éditeurs le bouquiniste ne pousse pas les titres comme son collègue du neuf et jusqu'à maintenant je n'ai pas rencontré de bouquiniste ayant une démarche consciente de mise en avant systématiques du même titre qui marcherait sauf peut être les marchands de BD qui peuvent rentrer des "best-sellers" en plusieurs exemplaires par l'intermédiaire des soldeurs.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Kokotte 23/06/2010 23:08


En effet, il y a une forte augmentation de ce secteur. Le livre d'occasion prend de plus en place dans les librairies notamment chez Gibert joseph. Cela est peut être dû à la prise de conscience
écologique et à la crise économique, que sais je. ce qui est sûr c'est que c'est un secteur d'avenir. Et en effet cela se développe depuis quelques années à l'image de quelques sites internet comme
Amazon, Priceminister, Le bon coin, Abebook ou encore récemment le site Livre O (http://livreo.fr).

Phénomène à suivre... :D